Préambule

Je ne m’acceptais pas.

Obligé de raconter une nouvelle histoire à chaque fois que quelqu’un me posait la question fatidique : « Qu’est-ce qu’il t’est arrivé ? » Parce que jusqu’à mes 19 ans, j’étais un être normal et qu’il est difficile d’accepter que l’anormal puisse nous tomber dessus n’importe quand. Moi-même je n’y croyais pas, c’est peut-être pour cela que c’est arrivé à moi et pas à un autre. Je m’inventais donc une nouvelle aventure selon l’interlocuteur qui me questionnait et cela finissait presque par m’amuser, surtout à l’égard des enfants avec qui je passe beaucoup de temps :

– Pourquoi tu marches comme un canard ?

– Et toi, pourquoi t’es blond ?

– Non mais, allez, dis-moi pourquoi tu boites ?

– Je suis né comme ça.

– Ah ! Et ça fait mal ?

– Non, c’est juste un peu gênant…

– Et donc c’est ton pied qui te dérange ?

– Il faut que je m’habitue à mes nouvelles chaussures.

– Tu as une cicatrice sur la jambe ?

– Bah non, j’ai eu un accident de moto, je viens de te le dire.

– Pff… tu me racontes n’importe quoi ! Qu’est-ce qu’il t’est vraiment arrivé ?

C’est étrange, même les plus jeunes finissent par me prendre pour un menteur.

– Je ne mens pas, je fais des blagues !

Et pourquoi m’amuser à inventer tant d’histoires différentes d’ailleurs ? C’est que, ce qui est survenu est difficile à comprendre. Personne ne sait pourquoi ni comment il est arrivé là. Personne ne comprend tout simplement parce qu’il n’y a pas de cause. Un coup du destin ? Un signe de Dieu ? Une mauvaise plaisanterie ? Parfois des âmes charitables me disent que c’est pour être plus fort, pour savoir tout relativiser ensuite. Tu t’es trompé mon Dieu, quand ça ne va pas, je ne relativise pas. Au contraire, j’envie ceux qui vont bien et lorsque quelqu’un a un problème quelconque, je ne peux pas m’empêcher de penser : « Chacun sa merde mon vieux ! »

Voilà ce que je suis devenu à cause de lui, je suis devenu méchant.

Lui, c’est Georges, un petit monstre qui n’a rien trouvé de mieux à faire que de s’installer dans mon crâne pour tenter de me pourrir la vie. Il est méchant aussi. J’aimerais qu’il crève ! Chacun sa merde mon vieux ! D’où vient-il exactement ? Personne ne le sait. Qui est-il exactement ? Il n’y a que moi qui le sais, et encore. Personne ne peut le comprendre, ou alors mal. Voilà pourquoi il est inutile de rabâcher continuellement sa véritable histoire.

Maintenant que je suis habité, je ne suis plus comme tout le monde, mais j’essaie d’avoir la même vie que tout le monde. Certains diront que je suis fort de l’accepter ainsi, j’essaie juste de minimiser la créature un maximum. Et puis il n’est pas le pire de sa race, c’est sûr ! Je ne suis pas le plus à plaindre. À quoi ça sert de se lamenter tout le temps ? Georges a déjà suffisamment salopé ma jeunesse pour qu’il ne la détruise entièrement. Quiconque l’aurait aussi comme compagnon à mon âge garderait la tête haute et se risquerait à vivre sa vie du mieux possible, comme j’essaie de le faire. Comme j’aurais dû la vivre avant qu’il n’y mette son grain de sel.

– Georges est venu à moi par hasard, il aurait pu visiter un méchant, non, il a choisi un gentil !

– Elle est bizarre ton histoire…

– D’accord tu veux savoir la vérité ?

Tiens, lis cela et tu verras ce qui m’est arrivé, ce qui pourrait tous nous arriver.

Georges, mon ami malgré moi - Tanguy Prouvost

Share Button